« L’océan de ma mémoire est blanc. Il sera bleu par ma volonté, par l’union des vocables dans le rêve et dans la violence des vagues que la fièvre gonfle et abat.
Faune et flore secrètes que la réverbération de la page cachait, je les regarde, en cette fin du jour, évoluer comme on plonge, les yeux écarquillés pour explorer le fond des eaux.
Je vais à la rencontre de mes mots et il me semble les ramener à la surface, sans me douter que je les conduis à la mort.
Mais ce n’est qu’une illusion.
La surface de l’océan est un miroir que l’on détruit en tournant la page. Tout l’azur de ma plume et ma mort que j’importune.
J’ai, pour compagnes conscientes, les algues. »

Edmond Jabès, Le Livre des questions, Gallimard, coll. L’imaginaire, 1963, p. 292.

2 réflexions sur “

  1. mes yeux s’écarquillent Antoinette !
    regarder
    vous regarder choisir les matières
    eau air terre
    je cherche le feu

    j’aime beaucoup

    J'aime

    • Merci Brigitte,
      Comme toujours, vous trouvez les mots qui s’ajustent aux vertiges et les rendent habitables! Au grand plaisir de vous entendre demain matin…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s