the hours…

"Parfois, je restais assis devant la machine pendant des heures sans écrire une ligne. Enflammées par une idée, saugrenue bien souvent, mes pensées se mettaient à galoper bien trop vite pour être transcrites. Et je me laissais traîner dans la poussière comme un guerrier accroché à son char." (Henry Miller, Nexus, Buchet / Chastel, 1959)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s